Sommaire

1. Un ésotérisme commun

2. Hiram et Rosenkreutz

3. Rose-Croix d'or

4. R+C d'ancien système

5. Le grade R+C

6. La S.R.I.A.

7. La Golden Dawn

8. Les templiers d'Orient

 

 

 

 

 

interligne

Rose-Croix et Franc-Maçonnerie (suite)

Planche des Symboles secrets des Rose-Croix des XVII et XVIIIe siècles   4. L'ordre de la Rose-Croix d'or d'ancien système

A partir de 1776, deux membres de la Loge des Trois Épées, Johann Rudolf von Bischoffswerder (1714-1803), officier prussien puis ministre de la guerre à la mort du grand Frédéric, et Jean Christophe Wöllner (1732-1800), pasteur, instaurent un nouvel Ordre maçonnique rosicrucien : l'Ordre de la Rose-Croix d'Or d'Ancien Système. La Loge des Trois Globes de Berlin devient le centre de ses activités. Cet Ordre adopte une hiérarchie de neuf grades : Juniores, Theoretici, Practici, Philosophi, Minores, Majores, Adepti Exempti, Magistri et Magi, dont les aspects symboliques sont présentés dans les textes de la Réforme adopté lors de la Convention que l'Ordre tient à Prague en 1777. Comme l'indique René Le Forestier, les enseignements des Juniores reproduisent textuellement cent dix pages de l'Opus mago-cabbalisticum et theosophicum. L'Instruction et le rituel des Theoretici reprend mot-à-mot le Novuin laboratorium chemicum, de Christophe Glaser (1677). Quand aux opérations alchimiques enseignées aux Magistri, elles sont empuntées à deux livres de Henri Khunrath (8) : la Confessio de Chao-physico chemycorum catholico (1596) et l'Amphiteatrum sapientiae aeternae (1609).

La symbolique et les enseignements de l'Ordre de la Rose-Croix d'Or d'Ancien Système sont nettement orientés vers l'alchimie opérative. Ils revendiquent une filiation remontant à Ormus, un Égyptien baptisé par saint Marc et qui aurait fondé l'Ordre. En 151, les Esséniens se seraient joints à cet Ordre, qui aurait gagné l'Europe par les Croisés et les Templiers. Quoi qu'il en soit, il se différencie nettement du Rosicrucianisme du siècle précédent, plus mystique, dont le projet était celui d'une grande Réforme intellectuelle et religieuse, propre à apporter la prospérité et la paix à l'humanité. Après avoir donné naissance aux Frères Initiés de l'Asie, il fut mis en sommeil par ses fondateurs en 1787. Il faut noter néanmoins que c'est dans sa mouvance, où se mêlent Alchimie, Rosicrucianisme et Franc-Maçonnerie que naît le célèbre livre des Symboles secrets des Rosicruciens des XVIIe et XVIIIe siècles (Altona, 1785 et 1788) (9). Composé essentiellement de traités alchimiques magnifiquement illustrés, il est souvent présenté comme le livre rosicrucien le plus important après les trois Manifestes (Fama Fraternitatis, 1614 ; Confessio Fraternitatis, 1615 ; Noces chymiques de Christian Rosenkreutz, 1616).

Haut de la page

   5. Le grade Rose-Croix

Tablier maçonnique de grade Rose-CroixC'est au moment où naît l'Ordre de la Rose-Croix d'Or d'Ancien Système qu'apparaît à l'intérieur de la Franc-Maçonnerie le haut grade Rose-Croix. Son existence est attestée pour la première fois en 1757 sous le nom de Chevalier Rose-Croix, dans les activités de la Loge des Enfants de la Sagesse et Concorde. Très vite, ce grade de Rose-Croix est considéré comme le nec plus ultra de la Maçonnerie. Il est le septième et ultime grade du Rite Français de 1786, et le dix-huitième du Rite Écossais Ancien et Accepté. Il présente cependant une spécificité qui va susciter de nombreux débats. En effet, alors que l'ensemble des grades maçonniques insistent sur l'universalité de la sagesse, ce grade est spécifiquement chrétien. C'est la raison pour laquelle certains Francs-Maçons tenteront de le déchristianiser au XIXe siècle en proposant une interprétation philosophique de son symbolisme (10). Dans son Étoile Flamboyante (1766), le baron de Tschoudy y voit « le Catholicisme mis en grade ». Il est vrai que la symbolique de ce grade ne renvoit pas aux thèmes que l'on retrouve dans le Rosicrucianisme du XVIIe siècle. Il met en scène le Calvaire au Golgotha, la Résurrection du Christ et comporte des agapes où l'on partage le pain et le vin, une cérémonie qui s'apparente à la Cène.

Haut de la page

Bijou maçonnique Rose-CroixLes plus anciens rituels du grade Rose-Croix date de 1760 (Strasbourg) et 1761 (Lyon), sous le titre de Chevalier de l'Aigle et du Pélican ou le Souverain Prince de Rose-Croix et d'Hérédom. Le discours d'introduction à ce grade évoque l'origine de la sagesse des Rose-Croix : « individus qui, pendant bien des siècles, s'en assurèrent la possession exclusive en se servant d'un voile impénétrable ; c'est ce qui donna lieu à ces institutions célèbres dont les Sabéens et les Brames (sic) sont des restes sublimes. Les Mages, les Hiérophantes, les Druides furent autant de branches de ces mêmes Initiés » (version de 1765 à la Bibliothèque historique de Paris). On retrouve ici l'idée de Tradition Primordiale chère à l'Hermétisme de la Renaissance et au Rosicrucianisme du XVIIe siècle. En outre, les Rose-Croix y sont présentés comme les héritiers d'une chaîne d'Initiés dont les maillons sont les Égyptiens, Zoroastre, Hermès Trismégiste, Moïse, Salomon, Pythagore, Platon et les Esséniens. Cette lignée rappelle celle évoquée par Michael Maier dans le Silentium Post Clamores (1617). On retrouvera cette idée dans un autre discours de 1801, le Régulateur des Chevaliers Maçons ou les quatre Ordres supérieurs suivant le régime du G... O..., où la Franc-Maçonnerie est présentée comme une Science des Sages héritée des Sabéens, des Brames (sic), des Mages, des Hiérophantes, des Druides et des Chevaliers Rose-Croix, descendants d'une lignée d'Initiés remontant aux Égyptiens, à Zoroastre, Trismégiste, Moïse, Salomon, Pythagore, Platon et aux Esséens (sic, pour Esséniens).

Haut de la page

   6. La Societas Rosicruciana in Anglia

Wynn WestcottA la fin des années 1860, la Franc-Maçonnerie anglaise donne naissance à une nouvelle Organisation rosicrucienne : la Societas Rosicruciana In Anglia (S.R.I.A.). Son fondateur est Robert Wentworth Little (1840-1878), trésorier de la Grande Loge Unie d'Angleterre. Il disait avoir été initié dans la Rose-Croix à Edimbourg, au sein d'une Société rosicrucienne écossaise dirigée par Anthony O'Neal Haye. Ce dernier aurait possédé le plus ancien grade maçonnique rosicrucien existant. Plus tard, en 1892, Wynn Westcott assurera qu'il existe un lien entre cette Société et la Rose-Croix d'Or du XVIIIe siècle, mais il sera incapable de le démontrer. La S.R.I.A. est réservé aux Maîtres Maçons chrétiens. Elle reprend la hiérarchie de la Rose-Croix d'Or d'Ancien Système. Parmi les membres importants de la S.R.I.A., notons Kenneth R. H. Mac Kenzie, Hardgrave Jennings, Stainton Moses et William Wynn Westcott (1848-1925). Ce dernier participera à la création d'un autre Ordre maçonnique rosicrucien qui connaîtra une certaine fortune : l'Hermetic Order Of The Golden Dawn.

Haut de la page

   7. The Hermetic order of the golden dawn

A la fin des années 1880, William Wynn Westcott recueille des manuscrits comportant cinq rituels codés. Ces textes, qui auraient appartenu à Baal Shem Tov puis à Eliphas Lévi, aurait été trouvés chez un bouquiniste dans un exemplaire des Symboles Secrets des Rosicruciens des XVIIe et XVIIIe siècles. Ils indiquaient l'adresse d'un représentant de l'Ordre de la Rose-Croix en Allemagne : Anna Sprengel. A la suite de leur rencontre avec cette dernière, William Wynn Westcott, Samuel Mathers et R. William Woodman fondent à Londres la Loge Isis-Urania, bientôt suivie par la création de la Loge Athathoor, à Auteuil. Ainsi naît l'Hermetic Order Of The Golden Dawn, dont Samuel Mathers devient le Grand Maître. Cette histoire est en partie légendaire, car il n'a jamais pu être démontré qu'Anna Sprengel avait réellement existé.

L'un des symboles de la Golden DawnLes rituels de la Golden Dawn mettent en œuvre une théurgie et des théories qui empruntent beaucoup aux Kabbalistes chrétiens de la Renaissance. Cette caractéristique éloigne cet Ordre du Rosicrucianisme originel de XVIIe siècle, qui avait délaissé les pratiques magiques pour prendre un caractère plus mystique, orienté vers une alchimie intérieure.
De nombreux Francs-Maçons le fréquentent, estimant qu'ils y trouvent une pratique ésotérique plus vaste que dans la Franc-Maçonnerie traditionnelle. La Golden Dawn connaît un succès immédiat et devient vite l'une des Organisations maçonniques rosicruciennes anglaises les plus importantes. Elle compta parmi ses membres des personnalités aussi illustres que le poète William Butler Yeat ou le physicien et chimiste William Crookes.

Haut de la page

  8. L'ordre des templiers d'Orient

Theodor ReussParmi les multiples Ordres rosicruciens émanés de la Franc-Maçonnerie, il convient de terminer par l'Ordre des Templiers d'Orient (O.T.O.), un groupe qui fit couler beaucoup d'encre par ses dérives. Son principal animateur fut Theodor Reuss, un membre de la S.R.I.A. allemande, la Societas Rosicruciana in Germania. Il disait avoir été initié dans « l'authentique Rose-Croix » par Carl Kellner, en juillet 1893. Il présentait l'O.T.O. comme une sorte d'académie maçonnique dont la fonction réelle était de cacher un Ordre rosicrucien secret descendant directement des Rose-Croix « originaux et authentiques ». Il prétendait également que le quartier secret de cet Ordre était à Reuss, une principauté située près de Leipzig, dans la Thuringer Wald. Ce n'est qu'après la mort de Kellner, vers 1902, que Theodor Reuss réussit véritablement à instaurer l'O.T.O. Aleister Crowley contribua à conduire cet Ordre dans une voie n'ayant rien à voir, ni avec le Rosicrucianisme ni avec la Franc-Maçonnerie. Papus comme d'autres se laissa abuser quelque temps par l'O.T.O., mais cette Organisation fut rapidement suspecte. Elle prit fin en 1923, avec la mort de Theodor Reuss. Plusieurs de ses disciples tentèrent de poursuivre son œuvre, les uns vers l'ésotérisme, les autres vers les pratiques magiques les plus farfelues.

Haut de la page

Comme on peut le voir, le Rosicrucianisme et la Franc-Maçonnerie se sont souvent côtoyés au cours des siècles passés. Bien que n'étant pas vraiment à l'origine de la Franc-Maçonnerie, le Rosicrucianisme a constitué un terreau favorable à son développement. Peu après sa fondation, la Franc-Maçonnerie a généré de son côté des mouvements rosicruciens et le grade de Rose-Croix, considéré comme l'un des plus prestigieux. Cette juxtaposition des deux Ordres n'est pas surprenante. En effet, les Rosicruciens du XVIIe siècle voulaient créer un mouvement pour réfléchir à une Réforme de la science et de la spiritualité, en vue de construire une société plus fraternelle, plus tolérante et plus humaniste. Or, c'est ce même projet que la Franc-Maçonnerie se fixait à l'origine.

Précisons également que le Rosicrucianisme se perpétua depuis le XVIIe siècle jusqu' à nos jours à travers des Organisations rosicruciennes totalement indépendantes de la Franc-Maçonnerie.

Une Rose-Croix, dessin extrait des Symboles secrets des Rosicruciens des XVIIe et XVIIIe siècles


Notes :

(8) René Le Forestier : La Franc-maçonnerie templière et occultiste, Paris, 1970, Aubier.

(9) Cet ouvrage magnifique est actuellement édité par Diffusion Rosicrucienne.

(10) Le lecteur intéressé sur ce point lira avec profit l'article passionnant de Pierre Mollier : « Le grade maçonnique de Rose-Croix et le Christianisme : enjeux et pouvoir des symboles », Politica Hermetica n° 11, 1997.

Suite précédente



Haut Haut de la page

AMORC | Infos légales | Vie privée | Nous contacter | FAQ | Plan du site | © Ordre de la Rose-Croix, tous droits réservés